Communication scientifique

Colloque international “Culture en régime numérique. Questionner les pratiques, catégories et méthodes”

Aubervilliers/Paris du 6 au 8 décembre 2023 

Le Département des études, de la prospective, des statistiques et de la documentation (ministère de la Culture), l’Université Sorbonne Paris Nord (équipe EXPERICE) et le Centre Georges Pompidou s’associent pour organiser un colloque international de trois journées (deux journées scientifiques et une journée professionnelle), qui aura à Paris les 6, 7 et 8 décembre 2023.

Ce colloque international aura pour objectif de réunir, faire dialoguer et mettre en perspective des travaux récents s’appuyant sur les apports de disciplines diverses des sciences humaines et sociales : sociologie, anthropologie, ethnologie, sciences de l’information et de la communication, histoire, philosophie, sciences politiques, économie, etc. Les perspectives interdisciplinaires et les comparaisons internationales seront les bienvenues.

Le colloque souhaite accueillir des communications abordant tout particulièrement les quatre thématiques suivantes :

  1. Circulations et découvrabilité des contenus culturels numériques
  2. Différenciations sociales, genrées et d’âge dans les pratiques, usages et appropriation des contenus culturels numériques
  3. Expérience de l’amateur et auto-formation en régime numérique
  4. Politiques publiques et institutions culturelles

Le mercredi 6 décembre 2023, Florence Andreacola, Marie-Christine Bordeaux, Marie-Alix Molinié-Andlauer participeront à l’atelier n°4 “Expériences des plateformes et des réseaux sociaux en temps de crise sanitaire” modéré par Anne Jonchery en proposant une communication sur :

Production de contenus culturels sur Instagram : de la tension entre images iconiques et images inédites.

Ce travail présentera quelques résultats de la recherche DaMuCo menée également par Frédéric Audra, LJK et Glenn Cougoulat, Université Grenoble Alpes, GRICAD.

Colloque international “Médias & Viralité”

Rome – 24 et 25 novembre 2022

Colloque organisé par le CLESTHIA, Langage, systèmes, discours, Sorbonne Nouvelle, le Dipartimento di Interpretazione e Traduzione, DIT, università di Bologna – Dipartimento di Lingue, Letterature e Culture Straniere, Università Roma Tre, Sciences, Philosophie, Humanités, SPH, Université de Bordeaux et Université Bordeaux Montaigne et Avignon Université

Marie-Alix Molinié-Andlauer et Florence Andreacola participeront au colloque international “Médias & Viralité” le jeudi 24 novembre à Rome (Italie).

Comprendre et mesurer la viralité d’un challenge sur Instagram : comment enquêter sur les #museumchallenge ?

En mars 2020, alors qu’une grande majorité de la planète se retrouve confinée suite à la propagation de la Covid-19, les relations entre les individus ont été davantage renforcées via les réseaux sociaux (RS) (Wasim,Vidal-Alaball, Lopez Segui, Moreno-Sánchez, 2020 ; Al-Shargabi, Selmi, 2021). Ils sont devenus des espaces à part entière permettant aux individus de s’évader de leur quotidien (Priadana, et Tahalea, 2021). Des challenges ont émergé créant ainsi une communauté autour d’une thématique particulière, comme ce fut le cas pour les museums challenges. Initié par trois néerlandaises, le #tussenkunstenquarantaine avait pour objectif de reproduire une œuvre d’art avec trois objets du quotidien puis de la partager sur les RS pour que la communauté puisse la deviner (Andreacola, 2020a). Ainsi, l’usage des RS, leur facilité d’accès et l’audience qu’ils offrent, transformeraient et renforceraient le principe même de ce pourquoi les individus participent à ces challenges. Et la viralité de ce challenge ne se mesurerait donc pas seulement en nombre de likes reçus sous un post, mais sur la capacité d’un challenge à créer un réseau qui perdurerait dans le temps.

L’enjeu de cette communication est de présenter la recherche menée dans le cadre du projet DaMuCo porté par différents laboratoires de l’Université Grenoble Alpes. Ce projet s’intéresse à la viralité des #museumschallenges sur Instagram et repose sur l’hypothèse qu’il permet la création et le maintien d’un réseau d’amateurs d’art à une échelle globale leur permettant de se distraire, de créer des relations sociales, d’affirmer leur identité et de participer à une connaissance de l’art (Katz, 1974). Après avoir introduit les enjeux d’une recherche réalisée sur Instagram, nous présenterons la méthodologie employée pour analyser les 60 000 posts récupérés sur ce réseau social (corpus). Ensuite, nous mettrons en évidence les récurrences observées dans le corpus pour comprendre ce qu’est un « challenge viral » et jusqu’à quel point la viralité impacte la création individuelle : observons-nous une homogénéité dans la manière de reproduire les œuvres ? Existe-t-il de grandes typologies dans les copies créatives (reproduction fidèle, interprétation, transfiguration – Peytard, 1984) ?

Mots-clés : Museum Challenge, Instagram, Réseau, Amateurs, Viralité, Copies créatives

Communication scientifique

Comprendre ce que disent les Museum Challenge sur la créativité numérique : enjeux méthodologiques

27 juin 2022
Journée d’étude des jeunes chercheurs – Labex ICCA – MSH Paris Nord – 27 juin 2022

Marie-Alix Molinié-Andlauer et Florence Andreacola participeront à la 5e journée d’étude du Réseau des Jeunes Chercheur·e·s du LabEx ICCA le 27 juin 2022 à Paris.

L’objet de cette communication est de présenter le travail de recherche en cours de réalisation. L’ambition de ce projet est de comprendre comment pendant la période des confinements, les utilisateurs d’Instagram ont pris part aux Museum Challenge ?
Face à l’engouement de ce challenge et sa dimension internationale, il a semblé intéressant de comprendre les mécanismes de ce challenge :

  • quelles sont les œuvres présentées ?
  • quels sont les objets mobilisés ?
  • quel est le ton employé pour réaliser ces copies-créatives ?
  • En somme, que disent-elles de la créativité numérique ?

Pour y répondre, l’équipe du projet DaMuCo a mis en place une approche transdisciplinaire (info-communication, sociologie, informatique, géographie). Le premier objectif a été de récupérer l’ensemble des publications Instagram qui intégraient les mentions suivantes pour en faire un corpus : #tussenkunstenquarantaine ; #gettymuseumchallenge ; #betweenartandquarantine ; #museumchallenge.

Au total, ce sont 60 000 publications qui ont été récupérées avec leurs métadonnées (compte, like, mots dièses, commentaires, pays). À partir de ces données, une analyse descriptive a été mise en place à partir d’un corpus plus restreint (1000 images) ainsi qu’une analyse automatisée pour que la machine puisse répertorier les objets et les expressions de ces copies-créatives.

Ce travail est complété par des enquêtes annexes, comme des entretiens réalisés avec des professionnels de musée ou encore un questionnaire envoyé aux utilisateurs d’Instagram ayant participé à ces challenges.

Ainsi, dans le cadre de cette journée d’étude, les enjeux méthodologiques d’un tel projet seront présentés. De la récolte des données à leur analyse, l’équipe souhaite avant tout expliquer ce que permettrait une analyse automatisée pour un corpus composé d’images, les étapes à suivre pour y arriver et enfin d’en discuter des limites de l’usage de ces données.

Réunion de lancement

Compte-rendu

4 février 2022

Capture d'écran d'un post collecté et de ses métadonnées
Capture d’écran d’un post collecté et de ses métadonnées
Présent-e-s

Florence Andreacola, maîtresse de conférences, Gresec-UGA ; Frédéric Audra, ingénieur calcul scientifique, CNRS GRICAD-UGA ; Marie Cambone, maîtresse de conférences, Gresec-UGA ; Daniel Jacobi, professeur émérite, CNE ; Marie-Alix Molinié-Andlauer, post-doctorante, Gresec-UGA ; Matthieu Quantin, ingénieur de recherche, LS2N, École centrale de Nantes ; Yves Winkin, professeur honoraire ULg.

Excusé-e-s

Irène Bastard, cheffe de projet BNF ; Marie-Christine Bordeaux, professeure, Gresec-UGA ; Glenn Cougoulat, ingénieur de recherche CNRS-GRICAD-UGA ; Antoine Courtin, chargé de développement de projets numériques – centre de ressources et de recherche, Musée d’Orsay ; Sylvia Girel, professeure, Mesopolhis – UMR 7064, Aix-Marseille Université ; Florent Laroche, enseignant-chercheur, LS2N, École centrale de Nantes ; Jean-Philippe Moreux, expert scientifique Gallica /Chef de projet de coopération numérique ; Florence Raymond, cheffe du service Ressources documentaires, Innovation numérique et Prospective · Palais des Beaux-Arts de Lille.

Les éléments à retenir

  • Réunion de travail en février 2022 pour discuter des méthodes d’analyse (cf. annexes et plus précisément annexe 1.). Participants : Marie-Christine Bordeaux, Florence Andreacola, Daniel Jacobi, Yves Winkin, Marie Cambone, Marie-Alix Molinié-Andlauer.
  • Mise en place d’un séminaire de travail suite aux entretiens .
  • Travail à partir de plusieurs base de données :
    • une base de données de 1000 images : créer des typologies
    • une base de données restreintes (10 ou 100 images à définir)  : analyse descriptive
    • une base de données de plus de 60 000 images : analyse automatisée possible une fois que les deux premiers points ont été réalisés (impact de la crise sur les copies-créatives)
  • Contacter des acteurs ayant pris part au challenge : connaissance et “expérience” de l’œuvre, making of.

Compte rendu détaillé

Présentation des participants

Frédéric Audra rappelle qu’il est rattaché au GRICAD. Son travail dans le cadre du projet est d’extraire les données* du réseau social “Instagram”.

* Les données sont des photographies de “copies-créatives” des Museums Challenges présentes sur différents réseaux sociaux, dont Instagram. Cette base de données comporte environ 60 000 images et n’a pour l’instant pas été “nettoyée”. L’extraction de ces images a été faite en sélectionnant toutes les images avec les mentions #tussenkunstquarantaine, #gettymuseumchallenge, #covidclassics, #museumchallenge ou #betweenartandquanrantine du 1er mars 2020 au 1er mars 2021.

Marie-Alix Molinié-Andlauer explique son parcours avec une thèse en géographie sur le Louvre et ses nouveaux territoires qui s’est également intéressée à la manière dont le musée était présent sur les réseaux sociaux pour travailler et maîtriser sa réputation.

Matthieu Quantin évoque son travail avec Florent Laroche. Il est ingénieur de recherche à l’École centrale de Nantes (LS2N, laboratoire des sciences du numérique de Nantes). Il s’intéresse au patrimoine industriel et développe des applications pour modéliser les patrimoines. Il travaille pour des musées mais également des collectivités locales.

Marie Cambone est MCF en Sciences de l’info et de la communication formée à Avignon avec un PhD UQAM.

Yves Winkin indique que c’est la première fois qu’il assiste à une réunion et qu’il “découvre” le projet. Cette réunion lui permettra d’en apprendre davantage sur son état d’avancement. Il pourra être une ressource intéressante de par son expérience en tant qu’ancien directeur du musée des Arts et métiers à Paris. Mais également en tant qu’ancien directeur de la revue Culture & Musées. De plus, il a une expérience plus large en tant qu’universitaire, il a d’ailleurs travaillé sur l’anthropologie de la communication (MKF) et rédigé un livre sur les musées.

Daniel Jacobi rappelle que les réseaux sociaux ne sont pas des outils qu’ils utilisent. Il ne connaît pas ces outils et ce qui l’intéresse dans ce projet est  la question de la copie et de la reformulation. Comment reproduire et copier sans transformer et sans trahir l’oeuvre originale (reformulation)

Florence Andreacola précise que l’intérêt de ce travail est de réussir à proposer une analyse sémiotique quantitative  pour travailler et comprendre la reformulation des œuvres d’art pour corpus plus conséquent.

Elle poursuit en expliquant l’intérêt de cette réunion. Il s’agit de poser les bases d’un travail qui se déroulera tout du long de l’année 2022. En effet, au départ ce projet de recherche devait se réaliser sur plusieurs années, mais le projet n’a pas eu le financement de l’ANR permettant de déployer cette recherche sur les 3 ans. Elle continue à être active pour déposer le projet et pouvoir le poursuivre sur une période plus longue.

Pour l’instant, l’idée est de réaliser des entretiens[1] avec les membres du comité pour mettre en place des séminaires de travail sur une thématique en particulier selon l’expertise de chacun-e. Les entretiens permettront de préparer cette séance pour dégager les grandes pistes de réflexions/hypothèses et faire part des retours d’expérience des différents expert-e-s.

Ces séances de travail seront ouvertes à toutes et tous, mais pourront aussi fonctionner en mode “groupe restreint”.

Elle indique que le calendrier des rencontres sera prochainement envoyé à l’ensemble des participant-e-s.

Présentation du planning

Marie-Alix Molinié-Andlauer présente le planning pour le projet de recherche. Il se compose en 4 grandes étapes :

  • Janvier à juin 2022 : Etat de l’art et étude du contexte
    • État de la littérature et veille,
    • Élaborations des hypothèses pour l’analyse du corpus,
    • Élaborations des indicateurs pour l’analyse du corpus.
  • Janvier à mai 2022 : Elaboration des méthodes employées
    • État de l’art des analyses sémantiques quanti/quali,
    • Construction du modèle pour l’analyse quanti- données (annexe 2),
    • Réalisation d’un guide de lecture pour le corpus qualitatif (annexe 1),
    • Réalisation d’un guide d’entretiens pour les acteurs culturels,
    • Création d’un compte Instagram pour une observation participante). Elle précise que le compte Instagram qui sera créé permettra de prendre contact avec les personnes ayant participé au Challenge (entretiens possibles), puis de valoriser le travail de recherche (réalisation de points d’étape).
  • Mars à juin 2022 : mise en application / travail de “terrain”
    • Passation des entretiens,
    • Analyse qualitative,
    • nettoyage puis analyse quantitative,
    • Observations,
    • Sondages et réseautage sur Instagram.
  • Juin à décembre 2022 : valorisation
    • Préparation d’une journée d’étude,
    • Rédaction puis soumission dans une revue.
Précisions sur le projet de recherche

Florence Andreacola complète les propos de Marie-Alix Molinié-Andlauer pour expliquer que Glenn Cougoulat et Frédéric Audra sont les personnes qui gèrent les données et vont nous aider à travailler sur le modèle d’analyse. Pour préparer au mieux ce travail d’analyse automatique, nous avons décidé d’extraire de manière aléatoire de la base de données 1000 images pour le travailler “à la main et à l’œil”.

L’objectif est de réussir à faire émerger des typologies. Marie Cambone ainsi que Marie-Christine Bordeaux vont pouvoir travailler avec leurs étudiant-e-s sur ces analyses descriptives et intuitives d’images. Au départ, nous voulions partir du livre du Getty, mais il y a des choix éditoriaux qui ont été faits. Le Getty a décidé de mettre en avant certaines copies-créatives.

Dans ce corpus de 1000 images il y a aura certes des “déchets”, mais cela sera plus représentatif des images présentes dans la base de données. Frédéric Audra est en train de mettre en place un “site web” où ces 1000 images pourront être stockées et présentées.

Florence Andreacola rappelle qu’en parallèle de ce travail d’analyse, il y aura des entretiens menés auprès des membres du comité qui nous permettront également de faire évoluer notre regard sur le corpus mais aussi de préparer une journée d’étude/colloque

Enfin, elle rappelle l’enjeu de ce projet qui est la question de l’analyse automatique : qu’est-ce qu’on cherche et qu’est-ce qu’on interroge ? Puis quelles sont les limites de ces outils ?

Frédéric Audra intervient en ce qui concerne la mise en place de ce site web. La demande est en cours et cela peut prendre du temps. Pour un autre projet, cela a pris deux mois. Et pour l’instant il n’a pas de nouvelles.

Il précise également qu’il faudra préciser le type d’information que ce site devra présenter. Faut-il seulement une image ? Ou alors les métadonnées[2] doivent-elles être présentes ?

Marie Cambone propose que les données soient accessibles mais sous un format “déroulé”. Elle demande également s’il y aurait la possibilité de créer un système pour que les étudiant-e-s puissent manipuler les images facilement et les regrouper en typologie (système de post-it).

Matthieu Quantin demande des précisions concernant le projet. Il fait d’ailleurs mention de l’analyse lexicométrique des commentaires en demandant si cette donnée sera prise en compte dans le projet. Puis, il demande ce que les 1000 images permettront de produire pour le plus grand corpus de données. 

Florence Andreacola répond que l’objectif est de proposer une analyse supervisée à partir du travail qualitatif qui permettra de dégager des catégories et des typologies.

Frédéric Audra précise que pour cela, il a relancé une collecte des images pour avoir toutes les données et les métadonnées.

Matthieu Quantin questionne l’étendue des données sur lesquelles s’appuiera l’analyse qualitative. En fonction des connaissances mobilisées pour l’analyse qualitative sur un corpus réduit, il pourra être compliqué de passer l’analyse automatique quantitative.

Avec quelques exemples d’analyse qui mobilise des connaissance extérieures au corpus très différentes et donc complexes à prendre en compte

– « ce montage est ainsi car il était question de confiner les personnes âgées à ce moment là »

– « ce montage est un clin d’oeil aux français bloqués en Australie par le confinement »

– «  ce montage est ainsi car l’artiste de l’oeuvre original a écrit un poème sur le masque »

L’utilisation du texte des posts pourra peut-être aider dans ce passage.

Florence Andreacola dit que cela pourrait être intéressant, mais qu’il y a surtout une question de temps et de moyen qui est à prendre en compte. Il est proposé que Matthieu Quantin soit intégré dans les réunions de travail avec Glenn Cougoulat et Frédéric Audra pour discuter plus précisément sur les aspects techniques et faisabilité.

Daniel Jacobi suggère également de prendre en compte un corpus des tableaux sources. Par tableaux sources, il considère les images/reproductions sur lesquelles les individus se basent pour proposer une copie-créative. En réalisant ce corpus, il met en avant le fait qu’il s’agisse d’une image d’un tableau (reproduction) et que cela questionne l’expérience du tableau. Est-ce que les individus ont déjà vu le tableau en vrai ? : taille, détails, etc. qui sont à prendre en compte et qui peuvent faire changer la perception du rapport à l’œuvre, et de facto de la copie.

Il prend l’exemple des Papiers découpés de Matisse (couleurs des papiers, procédés, etc.) et explique que sur une photographie, il n’est pas envisageable de voir en détail les subtilités de l’œuvre.

Cette remarque a également pour objectif de souligner les enjeux de numérisation des œuvres pour les musées.

Ensuite, il indique qu’il serait préférable de parler de “guide” d’analyse et non de “grille” d’analyse pour l’analyse descriptive. Il faut réaliser une approche très fine, et pour lui, 1000 images c’est beaucoup trop. Il faudrait se focaliser sur une dizaine voire une centaine d’images de manière descriptive. L’intérêt est d’analyser copie pour constater si elle est fidèle, si des éléments ont été ajoutés ou retirés.. Cela ne peut pas se faire de manière mécanique.

Florence Andreacola rappelle que l’intérêt d’avoir un premier corpus de 1000 images, c’est de faire une typologie dans l’optique d’une analyse automatique sur le grand corpus, et, qu’en effet il serait intéressant d’extraire à partir de ces 1000 images quelques copies-créatives à décrire plus en détail.

En revanche, se rendre sur place et analyser les vraies œuvres risque d’être compliqué. Pour le descripteur il y a deux méthodes possibles : le classement qualitatif et le descriptif des images (question de faisabilité et de délais).

Matthieu Quantin soulève la question du passage d’une analyse qualitative à de l’analyse automatisée.

Florence Andreacola indique que pour l’analyse automatisée il y a déjà des catégories pressenties et que tout l’enjeu du travail est de les affiner. Ce sera d’ailleurs l’objet de la réunion en comité restreint du lundi 14 février 2022.

Ce qui est pris en compte pour ce travail, ce sont les éléments/objets qui rappellent la crise sanitaire (gel, papier toilette, masque). Il s’agit de choisir les sélections et de voir à partir de l’analyse qualitative les hiérarchies de ces catégories. C’est un corpus lié à la crise et on souhaite faire émerger ce sujet.

Frédéric Audra explique qu’il a déjà pu travailler sur certains “datasets” tel que le papier toilette et les masques, ce sont des choses qui sont faisables. En revanche, il indique la complexité de faire apprendre la structure du gel hydroalcoolique compte tenu que sa forme est semblable à celle d’un savon liquide ou d’autres éléments.

Daniel Jacobi mentionne un tableau de Velasquez qui est immense, et que la première image sur laquelle l’individu va tomber sur internet ne va pas produire la même chose. Ce n’est pas la même chose de reproduire un vrai que de reproduire une reproduction. C’est donc important de proposer une base de données du document source. Il suggère de faire une liste des documents sources, et de questionner les individus pour savoir s’ils ont déjà vu en vrai le tableau.

Florence Andreacola indique que l’on pourrait interroger le copie-créative sur sa source. Mais Daniel Jacobi explique que l’on risque de ne pas avoir une base de données uniforme. 

Clôture des échanges


[1] Ces entretiens dureront 1h et seront enregistrés.

[2] Les métadonnées en question sont : Nombre d’identifiants dans la base du challenge, Date des publications, Certification, Nombre de likes, Nombre de commentaires, Commentaires, Identification des mentions sur la publication (#), Nombre de followers, lieux.

#museumchallenge

L’objet de cette recherche est d’analyser un corpus de plusieurs milliers d’images issues d’Instagram et du #museumchallenge. Cette analyse repose sur une approche socio-sémiotique et une approche appareillée par des algorithmes en intelligence artificielle. Nous cherchons à comprendre comment une expérience et la culture artistique investissent un réseau social numérique et ses codes médiatiques dans un contexte et une situation donnés, ici la période “Covid-19”.