Journée d’étude DaMuCo

Autour des copies créatives d’oeuvres d’art : de nouvelles pratiques culturelles et numériques ?

Dans le cadre du projet DaMuCo, une journée d’étude regroupera l’ensemble des acteurs (universitaires et institutionnels) du projet. Cet événement aura lieu le jeudi 17 novembre 2022 en mode hybride.

Infos pratiques

Tram ligne B (dir. Gières Universités), arrêt Gabriel Fauré.

Contacts

marie-alix.molinie-andlauer@univ-grenoble-alpes.fr et florence.andreacola@univ-grenoble-alpes.fr

Enregistrements audio

Enregistrement n°1 : Introduction et session 1. Culture numérique et pratiques muséales – Digital culture and museum practices (durée : 2:27:34)

  • 0-12’50” – Florence Andreacola
  • 12’50”-25’33” – Marie-Christine Bordeaux
  • 25’33”-51′- Sébastien Appiotti
  • 52′-1:24:40 – Jessica De Bideran
  • 1:25:00-1:57:00 – Jasmina Stevanovic
  • 1:58:00-2:23:00 – Temps d’échange

Enregistrement n°2 : Session 2. Des pratiques culturelles et numériques confinées – Confined cultural and digital practices (durée : 43:04)

  • 1’50-2’50” – Marie-Christine Bordeaux
  • 2’55”-28’20” – Marie Ballarini
  • 28’30”-43′- Début de la présentation d’Allison Guiraud

Enregistrement n°3 : Fin de session 2, session 3. Regards nord-américains – North American et perspectives et conclusion (Daniel Jacobi & François Jost) (durée : 2:18:08)

  • 0′-8’23” – fin de la présentation d’Allison Guiraud
  • 8’26”-26′ – Temps d’échange
  • 26’12”-50’26” – Paul F. Marty et Katherine Jones
  • 50’26”-1:10:35 – Jason Luckerhoff et François-René Lord
  • 1:10:35-1:40:02 – Temps d’échange
  • 1:40:02-2:18:01 : Propos de synthèse
    • Grands témoins : Daniel Jacobi & François Jost
    • Conclusion : Florence et Marie-Christine

Programme

9h15-10h – Accueil café des participant-e-s sur site.
Accueil des participants en ligne 5 minutes avant le début de la journée d’étude (9h55)

10h-10h30 – Propos introductifs par Florence Andreacola et Marie-Christine Bordeaux

Session 1. Culture numérique et pratiques muséalesDigital culture and museum practices

  • 10h30-11h – Sébastien APPIOTTI, MCF, Gripic, Sorbonne Université, Celsa (online). Prendre des photos au musée ? Pour une sémiotique sociale des images produites par les publics
  • 11h-11h30 -Jessica DE BIDERAN, MCF, MICA, Université Bordeaux Montaigne (online). Participation et patrimoine littéraire numérisé, vers une construction personnelle et collective de récits ancrés ?
  • 11h30-12h – Jasmina STEVANOVIC, Chargée d’études au DEPS-Doc, Ministère de la Culture (online).

12h-13h30 – Pause déjeuner – buffet proposé pour les participants à la MaCI

Session 2. Des pratiques culturelles et numériques confinéesConfined cultural and digital practices

  • 13h45-14h15 – Marie BALLARINI, enseignante chercheuse à l’Université Paris Dauphine – PSL au sein du Laboratoire MOST (MaCI). “On a fini d’évangéliser les rares gaulois qui restaient” : communication numérique des institutions patrimoniales et créateurs de contenus culturels post covid
  • 14h15-14h45 – Allison GUIRAUD, doctorante, Centre Norbert Elias, Université d’Avignon (MaCI). #Museumchallenge : retour sur une recherche-création exploratoire

14h45-15h – Pause

Session 3. Regards nord-américains North American Perspectives (9:00am-10:00am)

  • 9:00am-9:30am/15h-15h30, Paul F. MARTY, professeur, Florida State University et Katherine JONES, Directrice, Museum Studies, Harvard Extension School (online). Behind the Scenes: An Oral History of the Evolution of Digital Practices in Museums
  • 9:30am-10:00am/15h30-16h, Jason LUCKERHOFF, professeur de culture et communication, Université du Québec et François-René LORD, doctorant en communication sociale à l’Université du Québec à Trois-Rivières (online). L’utilisation des réseaux sociaux dans les musées.

Grands témoins et synthèse de la journée – Main speakers and overview of the workshop

  • 16h-16h45/10:00am-10:45am – François Jost, professeur émérite, Université Sorbonne-Nouvelle et Daniel Jacobi, Professeur émérite, Avignon Université (MaCI).

16h45-17h15/10:45am-11:15am Conclusion et perspectives

Les interventions de cette journée

Session 1. Culture numérique et pratiques muséales – Digital culture and museum practices

Sébastien APPIOTTI est maître de conférences en sciences de l’information et de la communication au CELSA – Sorbonne Université, laboratoire GRIPIC. Ses recherches sont à la croisée de l’anthropologie de la communication, de la muséologie et de la sémiotique sociale, et portent notamment sur les pratiques de l’image photographique, les stratégies culturelles et visuelles des acteurs marchands et la connaissance des institutions culturelles et patrimoniales. Son premier ouvrage, Prendre des photos au musée ? Quand les visiteurs gardent l’oeil sur l’objectif, vient de paraître aux éditions MkF (04/11/22).

Prendre des photos au musée ? Pour une sémiotique sociale des images produites par les publics
En l’espace de quelques années, les appareils photo compacts numériques puis les smartphones et les tablettes ont considérablement modifié le rapport des publics à l’exposition par la pratique photographique. La multiplication des capteurs photographiques est par ailleurs à mettre en relation avec la forte augmentation de la fréquentation des espaces d’exposition des musées. Dans ce contexte, les musées semblent souvent pris en tenaille entre la nécessité de prendre en compte ces pratiques, voire la volonté de les stimuler par des injonctions à la participation et au partage des réalisations photographiques, et celle de discipliner le corps comme le comportement du public, en imposant au contraire des limites fortes à la pratique.
Cette communication sera l’occasion de rendre compte des dynamiques de recherche sur les pratiques photographiques des publics de la culture et du patrimoine. Elle permettra également d’expliciter comment le chercheur peut enquêter sur ces images, au croisement de la sémiotique et de l’ethnographie. Cette approche en sémiotique sociale sera illustrée par la présentation d’une recherche-action menée en 2022 collaboration avec le Palais des Beaux-Arts de Lille autour de la connaissance de ses publics photographes.

Jessica DE BIDERAN est maîtresse de conférence à l’Université Bordeaux Montaigne et est en charge de plusieurs programmes de recherche qui interrogent, par la mise en réseau de professionnels et la mise en pratique de différents programmes de numérisation et de valorisation, l’impact du numérique sur la diffusion et la réception des objets patrimoniaux. Après une thèse consacrée aux restitutions infographiques de sites archéologiques et monuments historiques, ses recherches en sciences de l’information et de la communication se consacrent à l’étude des pratiques numériques au sein des institutions culturelles (musées, archives, bibliothèques, etc.) comme au processus de médiation numérique (usages et circulation numériques des ressources patrimoniales). Entre 2019 et 2020, elle a notamment publié : « Quand le numérique fait musée » (Revue française des sciences de l’information et de la communication, n° 16, 2019), « Numérisation et extension du patrimoine littéraire. Réflexions à propos de “Mauriac en ligne” » (chap. 6 de La Fabrique du patrimoine écrit, sous la dir. de Fabienne Henryot, Presses de l’Enssib, 2020) et Scénographies numériques du patrimoine (ouvrage collectif codirigé avec Patrick Fraysse et Julie Deramond, Éditions universitaire d’Avignon, 2020).

Participation et patrimoine littéraire numérisé, vers une construction personnelle et collective de récits ancrés ?
Le patrimoine littéraire, concept flou qui ne dispose pas, à l’inverse d’autres objets patrimoniaux, de définition juridique et de texte officiel permettant sa reconnaissance, se matérialise dans une diversité de supports qui permet d’ancrer physiquement et géographiquement une œuvre textuelle par essence universelle et circulante. De fait, pour que cet être culturel que constitue la littérature s’autonomise en unité patrimoniale symbolique, une co-construction de sens autour de ces supports (fonds précieux et manuscrits, éditions anthologiques, maisons d’écrivains et parcours littéraires, etc.) est nécessaire. Celle-ci est généralement portée par une diversité d’acteurs aux enjeux multiples et parfois divergents et a pour principale conséquence « d’assigner en quelque sorte symboliquement à résidence » la littérature (Melmoux-Montaubin, 2020).
Ce rôle des collectifs réunis autour d’un auteur ou d’une œuvre, qu’ils s’agissent d’association d’érudits ou de collectivités territoriales, dans ce processus de patrimonialisation du littéraire a récemment fait l’objet d’un dossier publié sous la direction de Mathilde Labbé en 2020 dans le n° 96 de la revue Recherche & travaux. C’est dans la continuité de ces réflexions que s’inscrira notre communication qui aura pour objectif de déplacer l’analyse des producteurs aux récepteurs. A partir de deux terrains de recherche sur deux auteurs bordelais, nous suivront la participation de deux types de publics, des collégiens et lycéens dans le cadre de projet d’éducation artistique et culturelle porté par une maison d’écrivain d’une part, et des wikipédiens impliqués dans des projets de valorisation des fonds précieux de la bibliothèque de Bordeaux d’autre part.
Grâce aux suivis de ces projets et aux entretiens réalisés a posteriori, nous interrogerons la manière dont ces différents publics investissent ce concept de patrimoine littéraire et dans quelle mesure celui-ci facilite l’intériorisation de cet ancrage territorial et littéraire Dans cet optique, la transmutation (Jacobi, 2021) du patrimoine écrit (ensemble d’objets tangibles et statiques) en patrimoine littéraire (ensemble d’idées et de valeurs mouvantes associé à des textes) est non seulement le fait d’acteurs politiques et institutionnels mais aussi de communautés de publics qui s’en emparent selon la logique transformatrice et créative de la trivialité (Jeanneret, 2014 : 15).

Jasmina STEVANOVIC, Chargée d’études au DEPS-Doc, Ministère de la Culture

Session 2. Des pratiques culturelles et numériques confinées – Confined cultural and digital practices

Marie BALLARINI, est docteure en Sciences de l’information et de la communication de l’Université Sorbonne Nouvelle. Ses recherches actuelles portent sur les contenus des médiations en histoire et histoire de l’art sur les réseaux sociaux numériques. A la suite d’un postdoctorat entre le LabEx ICCA et la BnF, elle est désormais enseignante chercheuse à l’Université Paris Dauphine – PSL au sein du Laboratoire MOST.

“On a fini d’évangéliser les rares gaulois qui restaient” : communication numérique des institutions patrimoniales et créateurs de contenus culturels post covid
La production de contenu culturel en ligne, par les publics, n’est pas une nouveauté récente et les pratiques décrites ici ne sont pas révolutionnaires dans leur nature. Après l’ère du blog, le développement de nombreuses plateformes et formats a créé de nouveaux modèles économiques et a largement démocratisé les productions de manière progressive sur les années 2010. Cependant, la pandémie et ses multiples confinements ont transformé les services de communication numériques de services supports à services essentiels, en devenant le seul point de contact de l’institution aux publics et ont largement renouvelé le paysage de la vulgarisation en histoire et histoire de l’art.
Notre communication cherchera à analyser les modifications de l’écosystème patrimonial des 3 dernières années, entre développement des services de communication numérique, multiplication des créateurs de contenus culturels et appétences des publics pour ces formats. Grâce à 25 entretiens institutionnels, 25 entretiens auprès de créateurs de contenus culturels toutes plateformes confondues, 15 entretiens auprès de leur public et l’analyse de plus de 4100 réponses à un questionnaire en ligne, nous montrons l’impact significatif des confinements sur les pratiques des institutions qui généralisent et entérinent les relations aux créateurs de contenus et la démocratisation de la consommation de ces contenus de médiation culturelle. Cette enquête est le fruit d’un post-doctorat réalisé grâce au financement de la Bibliothèque nationale de France et du Laboratoire d’Excellence Industries Culturelles et Création Artistique (ICCA).

Allison GUIRAUD est doctorante en Sciences de l’information et de la communication à Avignon Université (école doctorale 537 “Culture & Patrimoine”) et membre du Centre Norbert Elias (UMR CNRS 8562). Ses recherches portent sur les logiques de mise en place et de développement de projets numériques de valorisation du patrimoine. Elles visent une meilleure compréhension des pratiques professionnelles et des enjeux communicationnels, économiques et politiques au cœur de la filière du numérique patrimonial en tant qu’industrie culturelle. 

#Museumchallenge : retour sur une recherche-création exploratoire
Cette communication porte sur une recherche-création exploratoire menée lors du premier confinement de la crise Covid-19 en France (mars-mai 2020) autour de la pratique de la reproduction de tableaux en photographie popularisée par le hashtag #Museumchallenge sur les réseaux socionumériques. À partir d’un corpus de 16 copies-créatives diffusées sur Instagram ainsi que différents matériaux collectés (carnet de terrain, images de making of, échanges de mails et de messages privés, etc.), nous proposons une série de réflexions sur la création, la production et la diffusion de ces images. Il s’agira de questionner d’une part l’appropriation du patrimoine par la création et l’évolution du statut d’usager-consommateur en auto-producteur culturel dans un contexte d’injonction à la créativité ; et d’autre part l’impact des circulations médiatiques sur le statut des créateur·ices et des objets créés.

Session 3. Regards nord-américains – North American Perspectives

Paul F. MARTY is Professor in the School of Information in the College of Communication and Information at Florida State University. His research and teaching interests include museum informatics; technology, innovation, and culture; experience design; and the information society
Katherine JONES is Program Director for the Museum Studies program at the Harvard University Extension School. She has taught in the Museum Studies program at the Harvard Extension School for the last decade, and has served as the Research Advisor since 2004

Behind the Scenes: An Oral History of the Evolution of Digital Practices in Museums
This presentation will shine a light on the behind-the-scenes activities of museum technology professionals around the world from the 1960s to the present day. Drawing upon preliminary results from more than fifty oral histories conducted in 2021, it will provide valuable insights into the wide-ranging responsibilities and all-too-often unseen activities of museum technology professionals. These oral histories vividly document how the challenges and opportunities facing museum technology professionals have evolved and recurred over the decades. Illustrated by quotes selected from the oral history participants, this presentation will explore key themes and issues concerning the evolution of digital practices in museums, including the underlying invisibility of information infrastructures in museums, the dangers of losing institutional memory and organizational knowledge, and the increasing demands placed on museum technology professionals over time.

Jason LUCKERHOFF est formé en communication (B.A. M.A. Ph.D.), en administration publique (DESS), en droit (programme court) et en stratégie (formations pour gestionnaires). Il est également administrateur agréé et conseiller en ressources humaines agréé. Il dirige la revue Minorités linguistiques sur Érudit et la collection Culture et publics aux Presses de l’Université du Québec
François-René LORD est est titulaire d’une maîtrise en intervention sociale (UQAM, 2007) et est candidat au doctorat en communication sociale à l’Université du Québec à Trois-Rivières. Son parcours professionnel en gestion et en enseignement au collégial et à l’université l’amène à réfléchir aux questions de gouvernance et de communication au sein des établissements d’éducation supérieure. La thèse de François-René porte sur la création d’une nouvelle université au Canada : l’Université de l’Ontario français.

L’utilisation des réseaux sociaux dans les musées.
L’arrivée et l’essor d’Internet et des réseaux socionumériques a transformé radicalement le processus qui va de la création à la réception de l’art et de la culture (Luckerhoff, Lapointe, Houle et Lemieux, 2017). Ces nouveaux outils de communication peuvent faciliter l’accès, la création, la diffusion et favoriser la pratique de différentes activités culturelles. Pratiques culturelles et pratiques numériques ne peuvent dorénavant plus être dissociées.
Dans cette communication, nous mettons d’abord en lumière le rôle et les effets de ces outils de communication sur les pratiques, les consommations et les goûts culturels des jeunes Québécois. Contrairement à ce que l’on pourrait croire, les lieux de consolidation du lien social demeurent plutôt inchangés : ce sont encore la famille et les amis dans un premier temps, et les médias, dans un second temps (Lapointe, Luckerhoff et Prévost, 2020). Le temps passé sur Internet n’affecte également pas le temps investi dans les pratiques culturelles des jeunes de manière générale, mais réduit leur temps d’écoute de la télévision ainsi que leurs heures de sommeil (Donnat, 2007; Lemieux, Luckerhoff et Paré, 2012; Veenhof, 2006).
De façon plus spécifique, nous abordons ensuite la question de l’influence d’Internet et des réseaux socionumériques sur la perception des musées chez les jeunes. Ces derniers ne désirent pas visiter les musées en ligne; ils considèrent cependant qu’une exposition doit s’inscrire dans un contexte numérique, pour que les participants puissent s’informer et échanger avant, pendant et après cette visite (Luckerhoff, Lapointe, Houle et Lemieux, 2017). Les médiations écrites gagneraient donc à s’intégrer aux réseaux sociaux numériques.